SITE---FP---PRESENTATION-2

 

 

LA SIGNIFICATION

 

L’appellation FIGHTPROTEC veut dire Lutte Protectrice, dans le sens large du terme, où je lutte avec toute l’énergie et les moyens possibles. Comme dit une expression « Lutter bec et ongle » et une citation « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent ».

Le FightProtec n’est pas un système, ni une méthode ! C’est simplement une logique réaliste d’autoprotection et de réaction, contre toutes agressions physiques vitales. Le FIGHTPROTEC permet de travailler la gestion de la surprise.

 

Les BASES REFLEXES: une habitude, une logique.

 

Dans un esprit de défense « URBAINE », la prise en compte de nos réflexes a une grande importance au point de vue technique, intuitif et sensoriel. Celle-ci doit intégrer également, et surtout, les modifications physiologiques et cognitives dues à une situation d’agression urbaine. C’est pour cela que nous pouvons dire une chose : « Où que nous soyons, dans n’importe quelle posture où nous nous trouvons, et quelque soit notre occupation, nous « RISQUONS» et à ce titre, la vigilance et la lucidité sont de mise ». Effectivement, nous pouvons être directement confrontés à une agression que nous n’avons même pas vue arriver, et sans raisons apparentes, qui ne soit ni forcement un vol, ni un règlement de compte, mais tout simplement une rigolade, un pari comme on en voit dans les "happy slapping". Dans ce cas, nous devrons faire confiance à notre vigilance préventive, et à nos réactions réflexes.

La formation au FightProtec est une logique incontournable de deux états des lieux aux agressions, à savoir la confusion et la spontanéité. Dans cette réalité, rien de mieux que de bons réflexes.

Comme dans toutes activités, une base, une attitude, est nécessaire. Tout comme le départ du 100 m en athlétisme ; chaque sprinteur adopte une posture (un placement technique est plus approprié) pour le départ. Elle est prise pour profiter de toutes les facultés du corps, pour inhiber la perte de temps au départ, et avoir une bonne prise de puissance. Cela ne veut pas dire qu’un sprinteur a besoin de se positionner,  d’être prévenu pour courir vite en dehors de ses entraînements ou compétitions. Concernant nos techniques, (le terme "base réflexe" est plus approprié) cela doit être identique, elles ne doivent pas être perçues uniquement comme une fin en soi, mais, "une base réflexe" de départ, une attitude, une gestuelle logique, pour la protection/riposte et le déplacement. Ce qui apportera un gain de temps, de puissance et d’efficacité. Mais tout comme le sprinteur, nous ne devons pas forcément nous positionner pour nous défendre. Grâce au travail répétitif de cette base réflexe, on acquière une habitude qui donne une structure solide, qui nous permet de la modifier, et de l’adapter instinctivement pour faire face à toutes les situations. La base réflexe résultante du FightProtec est à la fois très facile à apprendre et effroyablement efficace. Néanmoins, qu'on le veuille ou non, la finalité profonde du combat n'est-elle pas de survivre? Avec comme ligne de conduite "ne pas se laisser faire". Le FightProtec étant orienté vers un objectif de survie, il est nécessairement ouvert et capable d'intégrer toute nouvelle donnée, qui servira à améliorer l'efficacité et surtout la logique.

 

UN APPRENTISSAGE QUI NE S’ARRETE PAS : au-delà de la nécessité, un PLAISIR.

 

Suite à une agression, ou à cause d’un climat d’insécurité dû à la médiation journalistique, ou à votre environnement urbain malsain, apprendre à "ne pas se laisser faire" (pratiquer la self défense pour d’autres) peut être un objectif en soi, mais ne nous arrêtons pas là. Avoir entrepris de se lancer dans une activité défensive est déjà, pour bon nombre d’entre-vous un grand pas, un défit. Car, le vrai objectif c’est d’atteindre une confiance en soi et on ne peut pas l’acquérir sans passer par une connaissance et une compréhension de soi. Grâce à votre apprentissage de la base réflexe, qui vous apportera la "connaissance de soi", et le travail de maîtrise gestuelle qui vous apportera la "compréhension de soi" nous vous assurons que votre confiance vous sera acquise.

On ne s’arrête pas là, de part le développement de nouvelles données, vous serez petit à petit amené à aller de plus en plus loin dans vos raisonnements et votre connaissance, pour en oublier tous ces jeux médiatiques « de la peur », « du plus fort », « du meilleur » et surtout cela deviendra  plus que de la nécessité, mais un plaisir de pratiquer. Vous prendrez goût et votre soif d’apprendre sera de plus en plus forte que toutes rivalités humaines.

 

COMMENT SE PREMUNIR :

 

Tout d'abord, éviter les situations dangereuses.

 « Le sage ne se trouve jamais sur le lieu du combat »

L'allure et la démarche ("langage du corps") trahissent la peur et le "comportement de victime" qui attirent les prédateurs urbains, aussi bien que l'antilope boiteuse attire le fauve. Pour dégager des signaux dissuasifs, quel que soit le sexe et le gabarit, toujours marcher d'un pas assuré en balançant bien les bras, la tête et le regard haut. En croisant des individus "douteux", ne pas rechercher le contact oculaire, mais s'il se produit, ne pas baisser les yeux (indice de peur et de soumission) mais les détourner horizontalement (signal neutre).[]

 

LA LOI EN Belgique :

 

Le pouvoir d'utiliser la force ne peut se faire que de manière proportionnelle, pour repousser une agression injuste, actuelle ou imminente, contre une ou plusieurs personnes. Il faut toutefois souligner que, vis-à-vis de la loi, la réponse doit être proportionnée à l'attaque, et que l'on ne peut être considéré en légitime défense que si l'on est attaqué en premier[].

 

 

Nous sommes confiants, humbles, lucides et entiers.

Nous vous souhaitons la bienvenue dans le Monde du FightProtec.

 

 

*

 « Celui qui sait qu'il ne sait pas, éduque le.

Celui qui sait qu'il sait, écoute le.

Celui qui ne sait pas qu'il sait, éveille le.

Celui qui ne sait pas qu'il ne sait pas, fuis le »

 

*

 


 


  Site Map